Flash Feed Scroll Reader

Fabrice Éboué et Donel Jack’sman au Zoofest.

Retour sur les spectacles de Fabrice Éboué et de Donel Jack’sman auxquels Touki Montréal a assisté. Les deux humoristes se sont produits dans le cadre de la série Zoofest du Festival juste pour rire de Montréal.

Image de prévisualisation YouTube

C’est dans une salle remplie de fans, d’admiratrices et surtout de compatriotes français que Fabrice Éboué a refoulé la scène du plus grand festival d’humour au monde. L’humoriste est l’un des plus connus et médiatisés du Jamel comedy Club, un groupe de comiques crée par Jamel Debouze. Certains le connaissent aussi sous le nom de Boubou, le dernier chouchou de la bande à Ruquier sur Europe 1 où est-il passé pro dans l’art des blagues graveleuses. En pro de la repartie, Fabrice Éboué a gagné le cœur de plusieurs auditeurs de l’une des radios les plus écoutées en France.

Fabrice Éboué imite Marc Olivier Fogiel, un animateur Francais - Crédit : Stéphane Waffo - Touki Montréal

Fabrice Éboué imite Marc Olivier Fogiel, un animateur Francais - Crédit : Stéphane Waffo - Touki Montréal

Pour commencer son spectacle, le comique s’en est d’abord pris au Festival Nuits d’Afrique. Il s’est demandé pourquoi pour ce festival, seule une toute petite rue était bloquée tandis que pour le Festival de jazz ou pour Juste pour rire, toutes les rues de Montréal étaient bloquées. Il s’en est pris aussi aux Montréalaises anglophones qu’il a trouvées plus enrobées que leurs voisines francophones « très belles ».

Fabrice Éboué imitant les policiers de Montréal

Fabrice Éboué imitant les policiers de Montréal - Crédit : Stéphane Waffo - Touki Montréal

Comme il a révélé à Touki Montréal avant son spectacle, Fabrice Éboué fait du stand up depuis 10 ans. Et en vieux routard, il connait les besoins du public : Toujours des blagues sur les relations hommes femmes, du politique, un peu de vécu personnel et bien sûr un zeste de vulgarité.

Donel Jack'sman
Donel Jack’sman- Crédit : Stéphane Waffo – Touki Montréal

Quant à Donel Jack’sman qui avait la difficile mission de suivre Eboué, il s’en est plutôt bien tiré. S’il lui manque encore parfois l’assurance et le charisme d’un Eboué ou d’un N’gijol, tout porte à croire que Donel Jacks’man fera probablement partie de la grande famille des comiques et des humoristes. Ceux-là qui font la pluie et le beau temps dans le PAF (paysage audiovisuel français) et dans l’univers du showbiz francophone.

Il lui faudra toutefois surmonter la tentation des blagues faciles sur les noirs pour aller vers des sujets grands publics et plus accessibles. Encore faut-il que ce soit une volonté.

Au final, une soirée plutôt correcte avec deux bons spectacles malheureusement trop courts, surtout pour ceux qui étaient spécialement venus voir leur idole, Fabrice Éboué.

Mais l’humoriste revient bientôt à Montréal. Il sera en tournage au côté de Reem Kherici (OSS 117 : Rio ne répond plus) pour le prochain film de Michael Youn, Fatal Bazooka – le film. Qui sait, peut-être que des gens d’ici se joindront alors aux nombreux fans français de l’humoriste pour rire d’une de ses blagues…

« Plus personne ne veut devenir prêtre aujourd’hui! À part les pédophiles qui ont raté leur BAFA, et encore… », Fabrice Éboué

Fabrice Eboué et la rigueur allemande
Fabrice Eboué et la rigueur allemande- Crédit : Stéphane Waffo – Touki Montréal
A lire aussi :

Entrevue : Fabrice Éboué

Thomas N’gijol : le blues de l’immigré

Entrevue – Thomas Ngijol

Laisser un commentaire