Flash Feed Scroll Reader

Le village de l’Allemand – Boualem Sansal

Deux frères vivent en France. Malrich et Rachel. Ils sont Français, Algériens et Allemands. Ils sont comme leur nom, reflet de leur dualité. Rachid et Helmut pour Rachel. Malek et Ulrich pour Malrich.

villade_allemand

Hans leur père, installé en Algérie un peu avant l’indépendance porte en lui un lourd secret qu’il emporte presqu’au paradis. Un jour où comme bien d’autres à l’époque, il sera assassiné par le GIA  à Ain Deb, près de Sétif. Un village dans lequel « l’Allemand » a atterrit, loin de l’Allemagne et surtout loin d’un occident en quête de vengeance profonde.

Ce lourd secret finira par tuer un des frères Schiller, Rachel. Malrich, le benjamin et seul héritier d’un lourd passé réalisera alors le poids qu’il devra porter pour le reste de sa vie, aussi bien auprès de ses jeunes camarades que dans la cité qui l’a vu grandir.

Grand prix RTL-Lire 2008 et grand prix SGDL du roman en 2008, le village de l’Allemand est un roman subtilement bien écris et parti d’une idée originale : Mélanger l’horreur de deux drames (Shoah et massacre d’Algérie) et faire porter le poids  à une jeune génération (des cités) parfois insouciante.

L’esprit de ce roman s’apparente à un devoir. Celui d’apprendre aux jeunes l’histoire de leur société. La lettre de Guy Moquet imposée par le gouvernement Fillion-Sarkozy  et lue chaque année dans les lycées Français bien que décriée de toute part, pourrait s’inscrire dans cet esprit de perpétuation de l’histoire.

Le roman de Boualem Sansal devrait à tout le moins être lu. Surtout par certains jeunes pour qui la seconde guerre mondiale et surtout la Shoa ne se sont révélés que dans divers scandales, films et autres fictions qui font parfois oublier et masquer l’horreur de la réalité.

Image de prévisualisation YouTube

Interdit de séjour en Algérie, Boualem Sansal s’est basé sur une histoire authentique pour offrir aux futures générations un roman qui devrait survivre au temps.

Le village de l’Allemand. Boualem Santal. Collection folio, Édition Gallimard. 2008. 306 pages.

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire