Flash Feed Scroll Reader

Colour me de Sherien Barsoum

Plusieurs documentaires sur la ségrégation sont projetés à l’ONF dans le cadre du FIFBM, dont le très intéressant Colour me de Sherien Barsoum projeté lundi dernier à l’ONF. Au coeur du documentaire se trouve le charismatique conférencier-motivateur Anthony McLean, qui prend sous son aile un groupe de jeunes adolescents noirs, âgés de seize à dix-huit ans, issus de la ville de Brampton en Ontario.

Anthony McLean, conférencier-motivateur

Au travers de nombreux ateliers et de rencontres organisées, Anthony McLean leurs propose une profonde réflexion sur l’interrogation suivante : qu’est-ce que cela signifie d’être noir aujourd’hui?

Des sujets tels que les stéréotypes et les préjugés liés aux personnes noires (le ghetto, les « gangstas », l’image de la « big mama», la violence, etc.) ou encore la perception des célébrités (chanteurs, acteurs, etc.) de couleur noire au travers des clip-vidéos sont disséqués, observés sous chaque angle et débattus.

Bien plus qu’une simple approche argumentative, Anthony McLean souhaite conscientiser ces jeunes, non sur la « question noire », mais sur l’identité propre à chacun et sur la construction de celle-ci grâce à l’éducation, élément primordial à l’intégration sociale.

La conscientisation passe par la reconnaissance des préjugés et du racisme quotidien anodin, ensuite par la lutte constante contre l’assimilation involontaire de ces stéréotypes.

Cette conscientisation a pour but ultime de permettre à chaque jeune de prendre pleinement possession de son libre-arbitre et de mener sa vie, sans être aliéné par les clichés et les préjugés sociaux malheureusement indéniables.

Anthony et les jeunesLa force de Colour me réside d’une part dans la spontanéité et la lucidité des jeunes adolescents, avides de vivre leur vie et en même temps encore fragile face à la dureté des mentalités et des a priori autour de la différence.

D’autre part, le documentaire n’avance pas d’une manière linéaire : il se remet lui-même en question au travers du cheminement personnel d’Anthony McLean, enfant métisse qui a longtemps eu du mal à faire la part des choses avec sa partie blanche et sa partie noire.

Le documentaire n’est actuellement disponible qu’en version anglaise. Il est plus qu’urgent d’exiger une traduction sous-titrée pour rendre accessibles ces remises en question et ces témoignages authentiques et bouleversants.

Image de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire