Flash Feed Scroll Reader

Poly-Amour, un documentaire de Ken Ervy Patoudem

Le Camerounais Ken Ervy Patoudem propose Poly-Amour, un documentaire fouillé sur le thème de la polygamie, statut marital répandu sur le continent africain. Évitant le procès autant que la promotion, le documentaire aborde avec une franchise et une argumentation solide les forces et les problèmes contemporains de la polygamie autant dans le domaine public que dans l’espace privé.

Ce documentaire aux multiples témoignages marque les esprits par sa richesse des propos. Diversifiées et surtout plurilatérales, les opinions permettent une véritable construction de la notion complexe qu’est la polygamie.

Polygamie et religion : un lien ambigu

Loin des préjugés des sociétés occidentales promonogames, l’historienne Odette Djoumessi retrace les origines de la polygamie en brisant une à une toutes les idées reçues. Elle rappelle ainsi que le fait d’avoir plusieurs conjointes est d’abord et avant tout « une donnée culturelle imminente » avant d’être un acte impliquant une religion.

Longtemps associée à tort à l’Islam, la polygamie était pourtant déjà bien implantée culturellement et traditionnellement en Afrique, précédant ainsi l’arrivée de la religion de Mahomet. D’autre part, les foyers polygamiques chrétiens sont loin d’être inexistants et minoritaires comme le mentionne à juste titre l’abbé Pierre Ntongo Ndoua de la paroisse Sainte Trinité de Nsam.

Lucidité et ironie : un documentaire qui n’a pas froid aux yeux

Difficultés matérielles et financières, besoins sentimentaux, jalousies entre coépouses et successions complexes: les principales faiblesses financières, sociales et personnelles présentes dans les foyers polygamiques sont disséquées minutieusement par les participants.

De l’imam à l’ethnologue en passant par Jean Aimé Lekou, jeune homme de vingt-deux ans issu d’une famille polygame, tous s’accordent à dire que la polygamie n’est pas chose facile à gérer. Plusieurs souhaitent d’ailleurs une participation active du gouvernement pour surveiller l’évolution des familles nombreuses, trop souvent sujettes à des difficultés économiques graves.

Malgré un manque d’égalité dans le nombre de témoignages féminins, Ken Ervy Patoudem s’est permis de glisser des interludes musicaux dont les paroles explicites permettent un certain décalage moqueur et critique envers certains propos masculins clairement partisans de la tradition : « Une femme, c’est la chance / Deux femmes, c’est la malchance / Trois femmes, c’est encore pire ».

En définitive, le Cameroun qui souhaite ardemment être un pays émergent dans une vingtaine d’années, se questionne sur la place qu’occupe polygamie dans une société en plein essor. Comment cet héritage socioculturel, peut-il se transformer en potentielle puissance économique avec le poids démographique qu’il présuppose ?

Toutefois, le modèle monogame des pays occidentaux, de plus en plus implanté dans les esprits des jeunes camerounais accédant à l’éducation, semble quant à lui, entamer son bout de chemin dans les chaumières frappées du sceau de la tradition. 

Poly-Amour sera diffusé au Cinéma Excentris le dimanche 6 mai.  

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire